Orientations pastorales pour l’Année 2009-2010

 

Orientations pastorales pour l’Année 2009-2010

 

En cette année sacerdotale placée sous le thème :

FIDELITE DU CHRIST, FIDELITE DU PRETRE,

Nous sommes invités à plusieurs démarches convergentes:

1. Contempler le Christ, le Souverain Prêtre, le Souverain Pasteur 

 

a)      « Ayant donc un grand prêtre souverain qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, tenons ferme la confession de Foi » (He 4,14)

Il est le prêtre de l’Alliance nouvelle et éternelle dont le sacrifice a consisté à « s’offrir lui-même à Dieu comme une victime sans tache » (He 9, 14), « à faire ainsi la volonté de son Père » (He 10, 5-10)

« Il faut que le monde sache, dit-il, que j’aime mon Père et que j’agis conformément à ce qu’il m’a commandé ». (Jn 14,31)

 

b)      « Je suis le Bon Pasteur », le Bon Pasteur se dessaisit de sa vie pour ses brebis » (Jn 10, 11).

Ainsi Jésus a accompli sa mission de Bon Pasteur, dans l’offrande de sa vie par amour pour tous les hommes, ses brebis. C’est donc l’amour vécu jusqu’à l’extrême, dans sa mort et sa résurrection, qui est cause du salut des hommes.

 

c)        Le sacerdoce du Christ n’a été effectif que grâce à cette vie de communion avec son Père, communion exprimée dans cette reconnaissance de tout recevoir de son Père (Jn 5, 19-20; 7,16-18; 8, 28.42; 12,49…), et son être, et sa mission, et de tout lui offrir dans un amour réciproque total (Jn 15,9-10; 17,21-22; 5,20; 14,31), communion entretenue par une vie de prière intense et constante.  (Mc 1,35; 6,46; Lc 3,21; 5,15-16; 6,12-13; 9,18. 28-29; 11,1; 22,41-42---)

 Il sied de souligner ce passage de Lc 5,15-16 : « Des foules nombreuses s’assemblaient pour l’entendre et se faire guérir de leur maladies. Mais lui se tenait retiré dans les déserts et priait »

 

2.      Replonger dans le mystère de notre identité profonde

 

P.O.2 : « Le sacerdoce des prêtres (…) est cependant conféré au moyen du sacrement particulier qui, par l’onction du Saint-Esprit, les marque d’un caractère spécial et les configure ainsi au Christ pour les rendre capables d’agir au nom du Christ Tête en personne (in persona Christi capitis) (…) »

(…) « Les prêtres reçoivent de Dieu la grâce qui les fait ministres du Christ Jésus auprès des nations, assurant le service sacré de l’évangile pour que les nations deviennent une offrande agréable, sanctifiée par l’Esprit-Saint ».

 

PDV : « Par l’onction du sacrement de l’Ordre, l’Esprit-Saint le (prêtre) configure, à un titre nouveau et spécifique, à Jésus-Christ Tête et Pasteur, il le conforme intérieurement et l’anime de sa charité pastorale ».

 

PDV 16 « La mission du prêtre avec Jésus-Christ et, en lui, avec son Eglise, s’inscrit dans l’être même du Prêtre, en vertu de la consécration ou de l’onction sacramentelle, et dans son agir, i.e. dans sa mission ou dans son ministère. En particulier, le prêtre ministère est serviteur du Christ présent dans l’Eglise mystère, communion et mission. »

 

3.      Reprendre conscience de l’exigence de sainteté inhérente à notre être de prêtre

P.O. 12

JP II (Homélie)  « La vocation sacerdotale est essentiellement un appel à la sainteté, dans la forme qui jaillit du sacrement de l’Ordre. Chacun de vous doit être saint, afin d’aider ses prêtres à réaliser leur vocation à la sainteté. »

 

Le Curé d’Ars: « Je n’ai pas autre chose à vous prouver que l’indispensable obligation où nous sommes de devenir saints »

JP II (Homélie 18/09/90) : « Le Sacrement de l’ordre nous a oints par le caractère sacramentel et nous a sanctifiés par le don de l’Esprit: “ répands une nouvelle fois au plus profond d’eux-mêmes l’Esprit de sainteté”, déclare l’Evêque dans la prière d’ordination. »

 

La fécondité de notre ministère est liée à notre communion de plus en plus profonde avec le Christ, souverain Prêtre, souverain Pasteur et Tête de son corps qu’est l’Eglise, dont nous sommes les sacrements. C’est lui, le Christ, qui veut parler à travers notre parole, agir à travers notre action, manifester sa présence à travers notre présence, pourvu que nous soyons des “images transparentes” (JP II) et que nous ne lui fassions pas écran.

 

 

QUELQUES DEFIS URGENTS POUR NOUS AUJOURD’HUI

 

1.      Défi d’une vie de prière intense et constante

Seule notre communion profonde et constante avec le Christ, auquel nous sommes configurés, nous permettra d’être, de manière effective, les sacrements de sa présence et de son action au sein de son corps qu’est l’Eglise. Chez Jésus, la parole et l’action provenaient d’une source : sa communion avec le Père, vécue dans la prière: “…Mais lui se tenait retiré dans les déserts et priait.” (Lc 5,15) Voilà la source de la fécondité de son ministère. Il faut le reconnaitre, notre ministère et notre vie de prêtre sont caractérisés par un déficit de prière-

Oui, nous ne sommes pas assez dans la prière Nous ne faisons pas assez de la prière l’élément-source de notre ministère et de notre vie. Or, sans une vie de prière intense, pour laquelle on consent à consacrer le temps qu’il faut, on ne peut pas être un bon prêtre, on ne peut pas être fidèle aux exigences de ses engagements, on ne peut pas exercer un ministère fécond… Il faut tenir surtout à :

 - L’oraison et la Lectio Divina (Méditation de la Parole de Dieu

- L’adoration devant le Saint Sacrement

            - La Prière des Heures (Bréviaire)

              - La Prière à et avec Marie (Rosaire)

Il faut aussi insister sur ce qu’on peut appeler la prière apostolique : notre action apostolique concrète doit être portée par et dans notre prière : avant, pendant, après, individuellement et communautairement.

2.      Défi de la vie fraternelle et communautaire

L’appel à la suite du Christ, pour coopérer à sa mission, a exigé des appelés la rupture de tous les liens familiaux, et donc, du lien matrimonial :

“…laissant tout, ils le suivirent” (Lc 5, 11), “ Voici que nous, nous avons tout laissé et nous t’avons suivi, quelle sera notre part? (Mt 19, 27)

“ Nul n’aura laissé maison, femme, frères, parents ou enfants, à cause du Royaume, …” Lc18, 29)

Mais ce détachement les amenait à vivre avec Jésus dans une communion de vie, de mission et de destin. Et cette communion avec Jésus était vécue concrètement au sein d’une petite communauté fraternelle et amicale autour de lui, participant à sa mission, communauté où on entretenait des relations profondes et constantes, et pour laquelle des consignes de vie ont été données.                   

Amour fraternel : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. A ceci tous reconnaitront que vous êtes  mes disciples. Si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13,34-35)

 Humilité: « Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous »  (Mc 9,35)

“ Qui donc se fera petit comme ce petit enfant-là, celui-là est le plus grand dans le Royaume des cieux” (Mt 18,4)

 “… Celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier d’entre-vous, sera votre esclave….” (mt 20, 26-28)

Esprit de service : «  Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maitre, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns les autres » (Jn 13,14)

Ne pas juger : « Ne jugez pas, afin de ne pas être jugés…qu’as-tu à regarder la paille… hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil… » (Mt 7, 1-5)

Correction fraternelle : Si ton frère vient à pécher, va le trouver et reprends-le…. (Mt 18,15-17)

Pardon mutuel : « … Jusqu’à soixante-dix fois sept fois… »(Mt 18, 21-22. 359

D’autres textes:  Rm 12, 9-13; Ep. 4,1-6; Ph 2, 1-5: Col 3, 12-15; 1P 3,8-9

L’épanouissement de notre vie sacerdotale est lié à notre engagement ferme, décidé et sincère dans une vie fraternelle et communautaire de plus en plus profonde. A nous d’y investir, d’y mobiliser nos forces affectives et spirituelles.

 D’autre part, comment éveiller le peuple de Dieu, l’Eglise –Famille de Dieu qui est à Kinkala, sur ce thème de l’année sacerdotale ?

- Formation doctrinale sur le sacerdoce presbytéral avec les fiches élaborées par l’Abbé Camille

- Traduire et diffuser la prière pour les prêtres, du Sanctuaire d’Ars

- Que l’intention de prière pour les prêtres ne manque jamais à toutes les rencontres de groupes ou mouvements

- Dans le cadre de la préparation de l’avenir (pastorale des vocations), réfléchir sur un meilleur accompagnement des aspirants au ministère presbytéral-

Il y a certainement d’autres propositions

 

QUESTIONS PASTORALES TOUJOURS URGENTES

 

1. Les Communautés ecclésiales de base “ Mbongi”

- Poursuivre le travail de leur émergence dans les villages et les quartiers

- Les éveiller à la quadruple dimension de leur vie:

                                         1. marturia: le témoignage, par la Parole et par la vie

                                         2. leitourgia: la prière et l’offrande qui culminent dans l’Eucharistie

                                         3. koinonia: la communion fraternelle

                                         4. diakonia: l’engagement au service des nécessiteux, mais aussi pour la  paix, le développement, la justice.

- Déceler les leaders à former pour animer ces différents aspects de la vie de la communauté.

2. Formation doctrinale et spirituelle

En sus des fiches proposées par le “Doc”, chaque équipe pastorale doit élaborer un programme de formation.

3. Pastorale familiale

Vu l’importance de la famille dans la société et l’Eglise, l’urgence s’impose volontariste et vigoureuse :

- Susciter dans chaque paroisse un groupe de foyers chrétiens ….effort-

- Contact avec le couple Nkounkou (Docteur)

 

  4. Pastorale des jeunes

 

Avec la commission de la Jeunesse et de l’Enfance, mettre en œuvre, un programme de formation humaine des enfants et des jeunes, à appliquer de manière systématique dans chaque mouvement des jeunes.

 5. Pastorale du développement

Avec le nouveau Secrétaire général de Caritas, encourager chaque groupement à un engagement pour le développement. → “ un dibundu, un champ”. Veiller à un suivi de ces initiatives (évaluation)

 

6. Attention pastorale aux “Ex- combattants”

Contacts personnels, amorce de dialogue, contribution à la réconciliation avec les familles.