La prêtrise, un pouvoir spirituel au service du peuple

 

     Message des Evêques du Congo

à l’issue de la 36ème Assemblée plénière annuelle

        de la Conférence Episcopale du Congo

 

 

 

La prêtrise, un pouvoir spirituel au service du peuple

 

 

 

 

Chers Prêtres,

 

«Paix à vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie» (Jn 20,21). Cette salutation de Jésus ressuscité et l’envoi en mission de ses disciples nous concerne tous aujourd’hui, de par notre ordination presbytérale.

 

 

1. C’est avec joie et affection que nous vous adressons ce message, au terme de la 36ème Assemblée plénière annuelle de notre Conférence épiscopale, tenue à Brazzaville, du 31 mars au 6 avril 2008, sur «Le prêtre dans la société et dans l’Eglise au Congo». L’issue de cette Plénière revêt un caractère spécial en raison de la célébration du 31ème anniversaire de la mort du Cardinal Emile Biayenda et de la clôture de cette année (2007-2008) qui lui était consacrée.

 

 

2. Nos échanges dans les différents ateliers sur le «ministère et la vie des prêtres» nous ont permis de lancer une réflexion qui va se poursuivre dans les mois à venir, avec l’ensemble des prêtres de nos diocèses respectifs. Dans nos partages, nous avons pu mesurer une nouvelle fois la générosité avec laquelle vous portez le poids de la mission, à vous confiée par Jésus ressuscité, mais aussi l’ampleur des efforts que nous avons à faire, pour une plus grande fidélité.

 

 

3. Les pistes que continueront de nous donner vos groupes de travail dans les diocèses, seront une chance pour avancer dans cette réflexion, jusqu’à l’élaboration d’un directoire du clergé congolais. Le Saint Père, le Pape Benoît XVI nous a exhortés dans ce sens, lors de notre dernière visite Ad limina Apostolorum à Rome, au mois d’octobre 2007, en ces termes: «Portez à vos prêtres les encouragements du Pape (...) Je me réjouis que vous ayez prévu de mener prochainement une réflexion approfondie sur le ministère sacerdotal, pour proposer aux prêtres (...) une existence enracinée dans une vie spirituelle forte (...) fondée sur un amour de la mission et une vie conforme aux engagements de l’ordination».

 

 

4. Ces assises ont été pour chacun de nous un haut lieu d’échange fraternel et de réflexion pastorale sur le prêtre au Congo, selon le schéma traditionnel du «décret conciliaire sur le ministère et la vie des prêtres » (Presbyterorum ordinis), prélude aux rencontres nationales du clergé congolais envisagées l’an prochain, à Brazzaville pour ceux qui exercent dans le pays et à Paris, pour tous ceux qui sont en mission d’études de spécialisation en Europe.

 

 

5. Le ministère sacerdotal que vous avez reçu à votre ordination ne peut jamais se réduire au seul aspect fonctionnel parce qu’il se situe au niveau de «l’être». Il confère à chacun de vous la possibilité et «l’ordre » d’agir in persona Christi, comme Serviteur de la Parole, Ministre des sacrements et Guide du Peuple de Dieu.

 

 

6. Comme «Serviteur de la Parole », qui constitue la première mission de tout prêtre, selon l’ordre du Seigneur: «Allez par le monde entier, prêchez l’Evangile à toute la création» (Mc 16,15), veillez à ce que la Parole vivante de l’Evangile soit partout annoncée, proclamée, vécue et devienne pour l’ensemble du Peuple de Dieu au Congo, objet de foi et source de salut.

 

 

7. Comme «Ministre des sacrements », la configuration au Christ s’actualise au moment où vous consacrez le pain et le vin, refaisant ainsi les gestes et redisant les paroles mêmes de Jésus lors de la Sainte Cène. Souvenez-vous toujours que la proclamation de la Parole est indispensable à la préparation aux sacrements, car il s’agit des sacrements de la foi et que ceux-ci doivent viser le renforcement de la foi et du témoignage des fidèles à vous confiés.

 

 

8. Comme «Guide du Peuple de Dieu», soyez des «éducateurs de la foi» (PO, 6). Pour exercer ce ministère, comme pour les autres fonctions du prêtre, vous avez reçu un pouvoir spirituel qui vous oblige à être au service du Peuple de Dieu. Dans ce sens, votre ministère ne se limite pas au soutien individuel des chrétiens; elle doit s’étendre à la formation d’une authentique communauté chrétienne, pour faire de la paroisse une véritable «communion des communautés».

 

 

9. En effet, la vie de la communauté ecclésiale comprend un double mouvement qui caractérise la dimension sociale de l’Evangile que vous avez à annoncer, car le thème de notre Plénière évoque bien le prêtre, non pas seulement dans l’Eglise, mais aussi dans la société.

- Soulignons d’abord cette dynamique intérieure des Actes des apôtres ou mission «ad intra» qui doit vous conduire à mettre en oeuvre ce qui est nécessaire au «vivre ensemble», dans la communion avec nous, vos évêques et pasteurs, entre vous prêtres, avec nos frères et soeurs consacrés et avec les laïcs, et qui se concrétise en rassemblement de prière (leitourgia-liturgie), en formation des membres de l’Eglise, par la catéchèse et l’enseignement (didascalia-enseignement), et en charité fraternelle (koinonia et diakonia-communion et service). Faites de nos mouvements, nos paroisses, nos communautés ecclésiales vivantes, des «écoles de communion » (EIA...), selon l’expression du Pape Jean-Paul II.

- Ensuite, la dynamique extérieure ou mission «ad extra», qui fait que le modèle de la paroisse où le curé est là, au milieu de sa communauté n’est plus suffisant. La paroisse doit se comprendre comme «territoire missionnaire», car le prêtre et les fidèles laïcs qui sont dans une paroisse doivent entrer dans une dynamique d’annonce de l’Evangile, afin de garantir la présence du Christ et de l’Eglise, dans tous les milieux sociaux de notre pays.

Cela suppose le témoignage (martyria), l’annonce de la Parole (kerygma) et le service de la famille humaine (diakonia).

 

 

10. Votre ministère comporte des exigences spirituelles particulières, telles que l’humilité, l’obéissance et la vie de chasteté. En effet, «parmi les qualités les plus indispensables pour le ministère des prêtres, il faut mentionner la disponibilité intérieure» (PO, 15) qui vous fait (rechercher non pas votre propre volonté, mais la «volonté de Celui qui vous a envoyés» (cf. Jn 4,34; 5,30; 6,38). Vous avez à vous consacrer tout entier au service du Christ qui vous a envoyés, dans le célibat consacré et la chasteté.

 

 

11. Ensuite, votre ministère étant ecclésial, vous ne pouvez vous en acquitter que dans la communion avec nous, vos évêques et pasteurs pour l’édification du Corps du Christ. Cela suppose que vous puissiez à tout instant unir vos efforts à ceux des fidèles chrétiens, en vous conduisant avec eux comme des frères et sœurs dans le Christ. Car nous dit le Concile: «au milieu de tous les baptisés, les prêtres sont des frères parmi leurs frères (...) A la tête de la communauté, les prêtres doivent donc faire en sorte de ne pas rechercher leurs propres intérêts, mais ceux de Jésus-Christ» (PO, 9, cf. Phil 2,21).

 

 

12. Comme toute activité, votre mission ne peut se développer sans moyens matériels. C’est pourquoi, nous lançons un appel solennel à toute la communauté chrétienne et aux hommes de bonne volonté, afin qu’ils nous aident à assurer à chacun de vous une juste rémunération (cf. PO, 20), conscients que «l’ouvrier mérite son salaire» (Lc 10,7) et que «le Seigneur a prescrit à ceux qui annoncent l’Evangile de vivre de l’Evangile» (1Co 9,14).

 

 

13. De votre part aussi, vous prêtres, les diverses formes de solidarité financière trouvent, ici, leur justification première, comme, par exemple, les caisses de solidarité ou d’assistance entre prêtres qui demandent votre participation personnelle. Nous en appelons aussi à votre sens de responsabilité, pour collaborer aux institutions mises en oeuvre pour la question cruciale de la sécurité sociale et de la pension-retraite du clergé congolais.

 

Chers frères et soeurs, Membres du Peuple de Dieu,

 

 

14. Conscients des joies de la vie sacerdotale, nous n’ignorons pas les difficultés dont souffrent nos prêtres dans les conditions de la vie actuelle. Nous nous rendons compte de la détérioration des conditions de vie économique et sociale, qui peut les conduire au découragement. D’autre part, il y a à déplorer et à corriger les cas d’inconduite de la part de certains d’entre eux et qui peuvent vous désorienter. Pour ces contre-témoignages nous demandons pardon. A ceux qui se conduisent mal, nous demandons instamment de changer de vie. Et à vous laïcs, nous demandons avec sollicitude paternelle d’aider vos frères prêtres à vivre fidèlement leur engagement sacerdotal.

 

 

15. Tous les ordinaires de la Conférence épiscopale du Congo rendent grâce à Dieu pour tous les prêtres, vivants et défunts, qu’il a donnés à l’Eglise qui est au Congo. Nous entendons rester fermes dans la fidélité à la mission que le Seigneur nous a confiée. «Reste avec nous Seigneur!»

 

Amen!

 

 

 

 

Fait à Brazzaville, le 6 avril 2008

 

 

Les évêques et ordinaires du Congo

 

 

+ Mgr. Louis PORTELLA MBUYU

Evêque de Kinkala

Président de la C.e.c.

 

 

+ Mgr. Anatole MlLANDOU

Archevêque de Brazzaville

 

 

+ Mgr. Jean-Claude MAKAYA LOEMBA

Evêque de Pointe-Noire

 

 

+ Mgr. Daniel MIZONZO

Evêque de Nkayi

 

 

+ Mgr. Yves MONOT

Administrateur apostolique de Ouesso

 

 

+ Mgr. Jean GARDIN

Préfet apostolique de la Likouala