Dieu, qui nous aime, nous destine à entrer dans sa gloire

 

Dieu, qui nous aime, nous destine à entrer dans sa gloire

     (17ème dimanche du temps ordinaire – Année A)

 

Texte 1 : 1R 3, 5. 7-12 = Salomon, un roi sage et intelligent

L’auteur du livre de la Sagesse nous montre comment le Seigneur a agi vis-à-vis de Salomon, fils de David. Et il le fait sous forme de révélation au cours d’un rêve au cours duquel Dieu apparaît à Salomon, à Gabaon. Le tout est présenté en lien étroit avec l’alliance et la personnalité de David qui a marché devant le Seigneur dans la fidélité, la justice et la rectitude de cœur. Tout cela a été possible chez David parce que Dieu lui a montré beaucoup de bienveillance. Le fils qu’il a donné à David, en la personne de Salomon, est justement un signe de cette bienveillance.

 

En effet, Dieu l’a fait roi à la place de son  père : « tu as fait régner ton serviteur à la place de David mon  père » (verset 7). Ce terme de serviteur, qui sera repris aux versets 8 et 9, auquel s’ajoute le fait que Salomon se considère come un enfant sans expérience, souligne son humilité et sa disponibilité à recevoir les dons de Dieu. Ce qu’il demande, il le fait  pour le peuple, ce peuple que Dieu lui-même s’est choisi, et qui est le sien. Pour le bien de ce peuple, pour qu’il puisse mener à bonne fin sa mission, il demande la sagesse qui lui permettra de gouverner avec sagesse, justice et discernement (verset 9). C’est ce que sera Jésus et qu’il nous demande de réaliser dans notre vie.

 

Dieu est satisfait de sa demande à laquelle il donne une réponse positive (verset 12). Il ne fait pas que cela, il lui accorde même ce qu’il n’a pas demandé : la richesse et la gloire. Et, s’il suit ses commandements, il est prêt à lui accorder aussi une longue vie.

 

Texte 2 : Psaume 118

A notre tour, nous pouvons accéder à la sagesse, arriver au vrai bonheur et à la vraie gloire. A condition de d’écouter et de suivre ses paroles, ses préceptes, la loi de sa bouche, qu’il nous offre chaque jour dans son amour et sa tendresse.

 

Texte 3 :  Rm 8, 28-30 = Ceux qu’il appelle, Dieu les destine à sa gloire

Nous savons que Dieu est amour (Deus caritas est). Cet amour il en fait don aux hommes grâce à son Fils Jésus et grâce à l’Esprit Saint. C’est ainsi que, à leur tour, les hommes sont capables d’aimer Dieu : à partir de là tout est possible, parce que « tout concourt au bien  de ceux qui aiment Dieu ». Ceux qu’il appelle, il leur destine sa gloire, qui est le bien le plus élevé auquel nous pouvons aspirer (verset 30).

 

Texte 4 : Jésus nous montre le chemin du royaume des cieux, du vrai bonheur

Matthieu a concentré une bonne partie de son enseignement dans les sept ou huit paraboles du chapitre 13. Nous sommes ici aux trois ou quatre derniers chapitres. Ils sont présentés différemment des quatre premiers, par la présentation et par la structure. Toutefois, ils renforcent les aspects du message déjà présenté ou même y en ajoutent d’autres.

 

Ces trois ou quatre paraboles sont vraiment des paraboles du Royaume des cieux (cf. versets 44, 45, 47, 52). Les deux premières véhiculent un message presque semblable. La troisième est très proche de celle de l’ivraie (cf. versets 24-30 et 36-43).

 

4.1. Le trésor caché : versets 44

Dès le départ, Jésus nous parle d’un trésor, une chose qui se distingue, de façon positive, parmi toutes les autres. Ce trésor n’est pas à la portée de tout le monde, puisqu’il est caché dans un champ (le Seigneur ne nous précise pas par qui il a été caché). Dans la deuxième partie, Jésus nous parle d’un homme qui trouve ce trésor. (Le Seigneur ne nous dit pas s’il le trouve par hasard, mais supposons qu’il en soit ainsi). L’important est qu’il le trouve et qu’il en connaît la valeur, le prix. A partir de là commence un ensemble d’actions qui s’enchaînent : il va (1), vends tout ce qu’il possède ( 2 ) et il achète ce champ ( 3 ).

 

4.2. La perle précieuse : versets 45-46

Ici, le Royaume des cieux est présenté sous les traits d’un homme actif, motivé, et qui cherche. Et il sait bien ce qu’il cherche : des perles précieuses. Finalement, il en trouve une de grand prix – et donc qui est plus précieuse que toutes les autres. A partir de là, lui aussi, comme dans la parabole précédente : va (1), vend tout ce qu’il possède (2)  et achète cette perle (3). Nous pensons ici à l’homme riche à qui Jésus a dit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis, viens, suis-moi » (Mt 19, 21).

 

Dans ces deux paraboles, nous sommes devant l’expérience de l’histoire des hommes. Certains, comme par hasard ou par chance, se trouvent devant une situation qui change complètement leur existence. Par exemple, quelqu’un qui, en marchant, trouve un billet de loterie sur la route. Il le prend avec lui et constate, avec stupéfaction, qu’il a un billet qui vaut 1.000.000 (un million) de francs CFA. Un autre exemple est celui d’un homme qui cherche une solution à un problème et qui finalement la trouve au terme de multiples efforts. Le trésor caché, la perle de grand prix, ce peut être la parole de Dieu, une rencontre, une personne, l’Eglise, le sacrement, mais c’est surtout la personne de Jésus elle-même. Tout doit aboutir à Jésus, pour devenir réellement trésor et perle précieuse (bauli ya ngai ya ntalo).

 

4.3. Le filet : versets 47-50

Il s’agit toujours d’une parabole du Royaume des cieux, mais la différence avec les deux précédentes est évidente. C’est un filet, qui est mis en avant, et non un homme.

A1. Il est jeté en mer : 1ère étape (Jésus ne dit pas par qui)

-         Il recueille toutes sortes de poissons : 2ème étape

-         Jusqu’au moment où il est plein : c’est l’étape finale, la plus importante, qui clôt la première phase, où tous les verbes sont au singulier. C’est le symbole de l’Eglise.

A2. Dans la deuxième phase, versets 48b-50, tous le verbes sont au pluriel (et, en grec, le sujet n’est pas exprimé : ce sont sans doute les pêcheurs)

-         Ils tirent le filet sur le rivage (1), ils s’asseyent (2), et ils font le tri entre les bons et les mauvais (3) : LES  BONS  SONT EN  TETE.

B. Explication : versets 49-50

- verset 49a, ce sera ainsi à la fin du temps (du monde ou de notre vie), cf. verset 40b

- verset 49b, les anges viendront

- verset 49c, et sépareront les mauvais d’avec les justes : LES  MAUVAIS  SONT  EN  TETE, comme aux versets 40 et 41. Ce sont les mauvais qui sont rejetés ; et la parabole s’arrête là-dessus.

 

4.4. Conclusion : versets 51-52

A la fin de son discours Jésus demande aux disciples s’ils ont compris ce qu’il a dit. Cette compréhension, qui pour nous équivaut à la méditation, est nécessaire pour que la parole porte du fruit dans notre vie, dans nos familles, dans nos communautés et dans notre société. Nous devons être porteurs et témoins de cette bonne nouvelle, que nous devons enrichir.

                        +Mgr Bernard NSAYI

                         Evêque émérite de Nkayi